Navigation
fr

FAQ Allemagne

Les questions les plus fréquentes des frontaliers vers l'Allemagne en lien avec le Coronavirus

Continuer en français …
de

FAQ Deutschland

Die häufigsten Fragen von Grenzgängern nach Deutschland im Zusammenhang mit dem Coronavirus

Weiter auf Deutsch …

Home-Office / télétravail

Droit du salarié au télétravail ou obligation de l'employeur à accorder le télétravail ?

Il n'existe pas de droit unilatéral permettant au salarié de décider de travailler depuis son domicile (home-office ou télétravail). Il a l’obligation de se rendre sur son lieu de travail même dans une situation comme celle que nous rencontrons actuellement. Si le salarié reste à la maison, il s’agit d’une violation de l’obligation de travail qui, de surcroit, entraîne la perte du droit au salaire.
Par ailleurs, l'employeur ne peut pas non plus imposer unilatéralement le télétravail, cela nécessite un arrangement entre employeur et salarié.

Afin de satisfaire à leur devoir d’aide et d’assistance envers leurs salariés, les employeurs peuvent proposer le télétravail, tel que cela est actuellement pratiqué en raison de l’épidémie grippale. Le salarié peut également échanger avec son employeur et solliciter l’autorisation de télétravailler à l’avenir. Dans la situation actuelle et afin d'éviter toute contagion, il peut être souhaitable d’étudier les possibilités de généralisation du télétravail.

Salariés et employeurs peuvent ainsi convenir que le salarié pourra télétravailler à l'avenir. Mais cela nécessite un accord préalable. Cette possibilité est parfois déjà prévue par le contrat de travail, la convention collective ou l’accord de branche. Si le travail à domicile est déjà réglementé dans l’entreprise, les employeurs peuvent du moins provisoirement généraliser cette réglementation.

Cherchez une solution avec votre employeur qui tienne compte à la fois des exigences légales de l'entreprise et de la législation nationale !

Conséquences du home-office des travailleurs frontaliers sur le droit de la sécurité sociale

Concrètement, employeurs et salariés courent théoriquement le risque que l’assujettissement obligatoire au régime de sécurité sociale bascule vers le côté français ou le côté allemand du fait d’un travail réalisé à plus de 25% du temps de travail du salarié dans son pays de résidence (art.13, par. 1. Alinéa a du règlement CE  883/2004 et art. 14, par. 8  du règlement CE 987/2009).

La durée maximale de 25 % est déterminée sur la base d’une vue d’ensemble annuelle équilibrée. Du travail en home-office temporaire de quelques semaines n'aurait donc aucun effet sur le droit de la sécurité sociale applicable sur toute l'année. Néanmoins la limite de 25 % pourrait être dépassée en cas de home-office de plus de trois mois sur une année.

Selon les informations dont nous disposons, les autorités des trois États considèrent actuellement la thématique du coronavirus comme un cas de "force majeure". En conséquence, les règles normales ne s'appliquent pas dans ce cas exceptionnel. Le risque d'être soumis à la législation de sécurité sociale du pays de résidence ne devrait donc pas exister à l'heure actuelle.

En outre, l'article 16, paragraphe 1, du règlement 883/2004 offre la possibilité de conclure des accords sur l'applicabilité de la législation en matière de sécurité sociale. Cette clause de flexibilité offre la possibilité, dans un cas exceptionnel, comme c'est certainement le cas actuellement, de continuer à s'entendre sur l'application de la législation du pays d’activité professionnelle en matière de sécurité sociale même si la limite de 25 % est dépassée.

Informations complémentaires

Mis à jour le 30.03.2020